Accueil Non classé Un artiste à la rencontre des élèves

Un artiste à la rencontre des élèves

0
0
135
Nicolas Gonati présente Jean Dubuffet

Nicolas Gonati présente Jean Dubuffet

Joseph : « le mercredi 27 janvier, nous avons reçu la visite de Nicolas Gonati qui est artiste-plasticien près de Perpignan. Il nous a présenté l’Art brut grâce à des dessins , des photos ou encore des œuvres qu’il avait lui-même apportées. L’Art brut est un terme inventé en 1945 par l’artiste français Jean Dubuffet (1901 – 1985) pour désigner les créations de personnes dépourvues de connaissances artistiques »

Aurore : « L’Art brut ou Art Outsider est une forme d’art primitif par la simplification des formes, les couleurs vives, l’absence de réalisme. Cet Art était souvent celui de personnes isolées, de marginaux, de pensionnaires d’hôpitaux psychiatriques, d’autodidactes. »

Botaïna : « L’Artiste brut n’a pas de prétention culturelle, ni de démarche intellectuelle : ce sont des personnes libres qui créent pour elles-mêmes. »

Arthur : « Nicolas Gonati nous a parlé de ce qu’il a vécu dans les musées, des endroits qu’il a eu la chance de visiter. Celui qui m’a le plus marqué, c’est la ferme aux avions, à Steenwerck. J’ai adoré de voir qu’on avait pu faire des avions avec des objets du quotidien. »

Florine : « ce que j’ai retenu de cette intervention , c’est que pour être un artiste d’art brut, n’importe qui peut le devenir. L’art brut est souvent fait avec du matériel de récupération, par exemple du plastique, du métal, des bouchons de liège, des vieux objets qui seraient bons pour aller au recyclage. »

Le chapeau de l'artiste Bibi

Le chapeau de l’artiste Bibi


Meliss : « Nicolas Gonati nous a permis de découvrir des artistes talentueux qui ont une imagination débordante. Celui qui m’a le plus surprise, c’est cette artiste qui a disposé des milliers de poupées dans son jardin car dans son enfance, elle n’a pas pu en avoir, car sa famille était pauvre. Et puis, cette artiste qui a été violée dans son enfance et a été à Auschwitz, et a peint un tableau pour nous faire part de sa douleur. »

Marie Jakobowitcz

Marie Jakobowitcz

Kelly : « La maison Picassiette à Chartres, je l’ai trouvée profonde, pleine d’authenticité. Cela m’a presque donné l’envie de me mettre à l’Art ! »

Laisser un commentaire